Kara    qui signifie « Vide »

Te       qui signifie « La Main »

Dô       qui signifie « La Voie »

 
 
Qu'est-ce le karaté ?
 
 
 Le Karaté puise aux origines de la tradition japonaise. C'est le plus ancien des arts martiaux. La karaté-do se pose comme disciple de base pour entrainer le corps et l'esprit, sans arme.
 
Le mot "karaté" se compose de deux idéogrammess, KARA (le vide) et TE (la main), ce qui se traduit litteralement par "la main ne porte pas d'arme".
 
Le fondateur du Karaté moderne,  Maître Gichin Funakoshi (décédé en 1957 à l'âge de 88 ans) transforma ces Kanji en "main vide". Il ajouta aussi le caractère "do" (le chemin) à la fin du mot Karaté. Pour ce grand Maître, le Karaté-Do représentait bien sûr un art martial mais aussi une voie qui devait conduire au développement de son propre caractère et de sa propre personnalité.

 

L'esprit libre de pensées déloyales ou de vils stratagèmes, dirige vers la paix.

 
Une des Loi non écrite du karaté-do est de ne pas attaquer le premier, ainsi les techniques puissantes du karaté ne doivent être employées que noblement.
 
Le karaté est un art de combat à mains nues qui permet, grâce à un entrainement rationnel, d'éduquer le corps et l'esprit de telle sorte qu'ils puissent trouver une réponse appropriée à toute forme d'agression. Il met à la disposition du pratiquant un éventail technique très large basé sur l'utilisation des armes naturelles du corps humain : pieds, poings, genoux, etc .

Technique de défense considérée comme la plus efficace, elle a été adoptée par la plupart des armées et des polices du monde.

Une complète philosophie soutient la pratique physique des arts martiaux. La première phase d'un combattant est de lutter contre lui-même, ses peurs et ses angoisses. Un des principes de la voie du guerrier, le Bushidô.

Le samourai doit adopter la même philosophie. La voie des arts martiaux n'est pas tournée vers l'individualisme comme l'engendre la compétition. 

La morale des arts martiaux doit permettre au pratiquant de s'ouvrir sur la vie et sur les autres hommes. Seul le pratiquant d'un art martial traditionnel retrouve dans la voie cette sensation unique d'épanouissement spirituel.

 

Les valeurs du Karaté


La pratique du Karaté vise l'épanouissement physique et psychique de l'individu.

Code moral du karatéka : le sens de l'honneur, la fidélité, la sincérité, le courage, la droiture, la modestie et l'humilité, le respect, le contrôle de soi.

Pour les enfants, il vise à canaliser leur agressivité naturelle pour la transformer en une combativité contrôlée et créative.

La pratique régulière du Karaté permet un développement harmonieux du corps et de l'esprit, ainsi que l'acquisition de nouveaux réflexes, d'équilibre et de confiance en soi.

Le Karaté est plus qu'un sport, c'est un art, une discipline de vie, une quête sur la connaissance de soi.

Le karaté n'est pas un but, mais le moyen d'atteindre un but. C'est une activité dans laquelle ne plus être tout jeune n'est pas un obstacle. Bien au contraire cela favorise la compétence et une bonne coordination du corps et de l'esprit.

 

Le Karaté en tant que self-défense

Le Karaté en tant que self-défense est un des arts martiaux les plus efficaces. Le karatéka entraîné est capable de coordonner parfaitement son esprit et son corps, ce qui lui permet de libérer à volonté une puissance physique extraordinaire. Une personne s'entrainant régulièrement, la plus petite soit-elle, découvre qu'elle a en elle le pouvoir de donner un coup dévastateur à n'importe quel attaquant éventuel.

 

Budô en Japonais signifie "L’art de cesser (ou d’éviter) le combat"
"Bu" : Arrêter l’épée, cesser le combat
"Dô" : La voie


Ethique martiale, dépassant de loin le cadre étroit des techniques de combat. Le budô est le mode de vie du samouraï dans son aspect individuel et social.

Le Budô peut se décrire ainsi :

Si vous blessez sérieusement un homme qui vous agresse en le frappant violemment vous êtes très loin du Budô.

Si vous blessez légèrement cet homme en utilisant votre technique dans le seul but de vous débarrasser de lui, vous êtes un assez bon pratiquant.

Si vous arrivez à dissuader cet homme par des techniques de défense successives sans jamais le blesser, vous êtes un bon pratiquant.

Si, par le dialogue, vous réussissez à apaiser l’homme avant qu’il ait commencé à vous frapper, vous êtes un excellent pratiquant.

Si, par votre simple attitude, vous pouvez rendre amicale toute atmosphère agressive autour de vous, vous êtes un maître.